Se tenir droit?

Enfant, ma mère corrigait ma position assise “tiens-toi droit” me disait-elle gentiment, en touchant le milieu de mon dos. Spontanément, je me redressais, je m’arc-boutais plutôt. Ça tenait 60 secondes tout au plus avant de s’affaisser à nouveau.

Se tenir droit, mais dans quelle direction? Ma colonne vertébrale est loin d’être “droite”. Elle est plutôt tout en courbes, bosses et creux. Et la vôtre, comment est-elle?

Après une dizaine d’année à observer la posture, je constate que l’expression “se tenir droit” sème non seulement la confusion mais aussi qu’il s’agit d’un mythe. La colonne vertébrale, dans sa physiologie, n’est pas droite mais plutôt sinusoidale; elle est faite de cyphoses (bosses) et lordoses (creux).

Le choix des mots utilisés image notre perception et nous habite. L’expression “se tenir droit” nous organise faussement. La colonne a la capacité de s’ériger et de retrouver ses courbures dans une dynamique rythmique qui suit la respiration. Se tenir droit, figé, empèche cette rythmicité et peut causer d’autres problèmes posturaux.

Dans l’approche aeküus, j’aborde ces mythes qui construisent nos croyances, forgent nos gestes et habitudes posturales. Dans mon travail, je conscientise le participant sur les conceptions faussées qu’il a de son corps. Ce dernier, au fil des séances, reconstruit une perception plus juste de sa posture debout et assise, de sa façon de marcher, de respirer et de son rapport au déliement quotidien.

Contrairement à ce qui est répandu comme croyance : une respiration libre et une marche bien coordonnée ne sont pas inées mais acquises. Je crois qu’il est nécessaire de peaufiner et d’entretenir ses habiletés, et ce, tout au long de sa vie.

Voici comment ma mère aurait pu formuler pour m’aider à corriger ma posture assise “ trouve le sommet de tes ischions mon garcons et garde tes masses à l’aplomb”.

Donnez vos commentaires